Aller au contenu
Accueil » Comment surmonter ta honte et ton anxiété à l’idée de parler anglais

Comment surmonter ta honte et ton anxiété à l’idée de parler anglais

honte ou anxiété de parler anglais

Tu as franchi le pas, tu as décidé d’apprendre l’anglais, mais voilà, parler une langue étrangère te met mal à l’aise, voire te rend anxieux(se) ? Pas de panique, tu n’es pas seul(e) ! Les adultes qui ont honte de parler anglais sont nombreux. Des centaines de français me l’ont dit avant de les former. Mais bonne nouvelle, il y a des moyens efficaces pour surmonter ces barrières psychologiques.

Comprendre d’où vient l’anxiété

Peur du Jugement et de l’Évaluation

La crainte d’être jugé négativement par les autres, particulièrement par des locuteurs natifs ou des personnes plus compétentes, est un facteur majeur d’anxiété. Cette peur est souvent alimentée par des expériences passées où l’individu s’est senti critiqué ou moqué pour ses erreurs ou son accent. La peur du jugement crée une pression supplémentaire qui peut rendre l’acte de parler en anglais particulièrement intimidant.

Expériences négatives antérieures

Des expériences d’apprentissage négatives, telles que des interactions embarrassantes ou des erreurs en public, peuvent laisser des traces profondes. Ces souvenirs désagréables peuvent provoquer de l’anxiété ou de la honte lors des tentatives futures de parler anglais, créant un cercle vicieux où la peur de répéter ces expériences inhibe la pratique de la langue.

Perfectionnisme

Le perfectionnisme peut être un obstacle majeur dans l’apprentissage des langues. Les personnes perfectionnistes peuvent ressentir une grande anxiété ou honte si elles ne parviennent pas à s’exprimer en anglais avec la précision ou la fluidité qu’elles s’imposent. Cette quête de perfection peut entraver la spontanéité et l’aisance nécessaires pour communiquer efficacement dans une langue étrangère.

Manque de pratique ou d’Exposition

Un manque d’opportunités régulières pour pratiquer l’anglais peut conduire à un manque de confiance dans ses propres capacités linguistiques. Cette absence de pratique régulière alimente l’anxiété, car l’individu peut se sentir moins préparé et moins sûr de soi lorsqu’il est appelé à utiliser la langue dans des situations réelles.

Pression sociale ou professionnelle

La pression de devoir parler anglais dans des contextes sociaux ou professionnels peut également augmenter l’anxiété. Quand la maîtrise de l’anglais est perçue comme essentielle pour la réussite professionnelle ou l’intégration sociale, l’échec ou même la simple peur de ne pas être à la hauteur peut être source de grande anxiété.

Différences culturelles

L’inconfort lié à l’interaction dans une langue et une culture étrangères peut contribuer à la honte ou à l’anxiété. Cette difficulté est particulièrement aiguë si l’individu n’est pas familier avec les normes sociales et les subtilités de la langue anglaise, ce qui peut entraîner des malentendus et des erreurs de communication.

Manque d’auto-efficacité linguistique

Le sentiment de ne pas être capable de s’exprimer efficacement en anglais peut engendrer un manque de confiance en soi. Cette insécurité linguistique alimente l’anxiété, surtout dans des situations où l’expression orale est impérative.

Comparaisons avec les autres

Se comparer à d’autres apprenants qui semblent progresser plus rapidement ou parler plus couramment peut créer un sentiment d’infériorité et d’anxiété. Ces comparaisons peuvent être décourageantes et affecter négativement l’estime de soi dans le processus d’apprentissage.

La reconnaissance et la compréhension de ces divers facteurs sont cruciales pour surmonter la peur de parler anglais. Il est important d’adopter des stratégies d’apprentissage positives et de s’engager dans des expériences d’expression orale progressives et réussies pour surmonter ces barrières psychologiques.

Stratégies pour surmonter ta gêne et ton anxiété

Commencer petit

  • Pratique en solo : commence par parler anglais seul(e), à haute voix, chez toi. Tu peux par exemple écouter un film en version originale (VO) sous titré en anglais. Tu écoutes ce qui se dit. Et ensuite, tu repasses la même scène mais en enlevant le son et tu t’enregistres avec ton smartphone. Pour finir, tu compares ta version avec le film……Séquence fou rire assuré 🤣 et en même temps c’est très formateur tu verras. Choisis un film ou une série que tu adores. Autant joindre l’utile à l’agréable.
  • Utiliser des applications : des applications comme Duolingo ou Babbel peuvent être de bons points de départ pour gagner en confiance. Tu n’apprendras pas une langue avec ces applications, sinon ça se saurait, mais au moins tu peux pratiquer en solo, le temps de gagner en confiance. Et ça c’est plutôt un bon point.

Se Joindre à des groupes

  • Groupes de conversation : rejoins des groupes où tu peux pratiquer l’anglais dans un environnement bienveillant. Lorsque tu es avec des personnes qui ont le même niveau que toi, cela te permet de voir que tu n’es pas la seule personne à galérer avec ton anglais. Comme se plaisait à dire Le défunt Daniel Johnson, premier ministre du Québec dans les années 1960: « Quand je me regarde, je me désole; quand je me compare, je me console ».
  • Cours en ligne : s’inscrire à des cours en ligne peut offrir un cadre structuré et rassurant pour pratiquer. C’est vrai que tu vas trouver tout un tas de ressources gratuites sur Internet. Mais tu vas surement perdre beaucoup de temps à trouver ce qu’il te faut. Au final, rien ne vaut un accompagnement qui va te permettre de ne pas chercher les cours qui te correspondent, et qui vont t’aider à atteindre ton objectif d’apprentissage.

Accepter l’imperfection

  • Faire des erreurs est normal : je ne dis pas qu’il faut se contenter d’être médiocre. Je suis de celles qui pensent qu’il faut rechercher l’excellence. Mais, même les locuteurs natifs font des erreurs. Accepte que tu peux ne pas être parfait(e) et c’est OK. Combien de français ne parlent pas correctement le français? Combien d’anglais ne parlent pas correctement l’anglais?
  • Se concentrer sur la communication: l’objectif est davantage de se faire comprendre que de parler parfaitement.

Des outils pour t’aider

Exercices de respiration et de cerveau au frigo

  • Respirer profondément avant de parler et visualiser mentalement ce que tu vas dire: cela peut aider à réduire l’anxiété.
  • Le cerveau dans le frigo : arrête tout simplement de réfléchir, lance toi. Un bon coup de pied aux fesses et hop c’est parti tu es lancé(e). Tu sais que de toutes façons tu vas devoir t’entraîner à parler, alors autant abréger ton agonie, tu y vas franco, tu fais des erreurs, et ben tu fais des erreurs. Tu ne vas pas en mourir non plus.

Visualisation positive (ma technique préférée !😊)

  • Imaginer des conversations réussies : visualise toi parler anglais aisément. Cela peut augmenter ta confiance. C’est une technique que j’utilise dans divers domaines de ma vie. Et c’est aussi très utile dans une situation d’apprentissage en anglais.
  • Pourquoi la mentalisation positive est efficace? Au départ, il faut savoir que cette pratique est fondée sur l’idée que l’esprit et le corps sont interconnectés et que les pensées peuvent influencer les expériences et les comportements. Ici par exemple, tu vas te représenter mentalement en train d’arriver à commander ton menu au restaurant à l’étranger. Cela va provoquer chez toi des émotions associées à la réussite, comme la satisfaction. Ton anxiété face à une tâche que tu considères comme difficile va se réduire.
  • Amélioration de la performance : des études ont montré que la visualisation positive peut améliorer les performances dans divers domaines, tels que le sport, la musique, et même dans les situations d’apprentissage et de travail.
  • Etudes en neurosciences : Les recherches en neurosciences ont révélé que la visualisation active les mêmes réseaux neuronaux que ceux utilisés lors de la réalisation effective de l’action. Cela suggère que le cerveau ne fait pas toujours la distinction entre une expérience réelle et une expérience imaginée.

Réfléchir sur tes propres progrès

Tenir un journal de progrès

Noter tes succès quotidiens

Prendre le temps chaque jour pour écrire tes accomplissements en anglais, même les plus modestes, est une étape cruciale. Que ce soit l’apprentissage d’un nouveau mot, la compréhension d’une phrase dans une chanson, ou une conversation en anglais réussie, chaque petit pas mérite d’être reconnu. Ce processus t’aidera à réaliser la quantité de progrès que tu as faite au fil du temps.

Célébrer les petites victoires

Il est essentiel de reconnaître et de célébrer tes petites victoires. Ces moments de réussite, aussi minimes puissent-ils paraître, constituent la fondation de ta maîtrise de l’anglais. Ils te serviront de rappels motivants de ta capacité à progresser et à réussir dans ton apprentissage. Donc, par au pub avec tes amis pour fêter ça!

Suivre tes améliorations

En tenant régulièrement un journal de tes progrès, tu créeras un précieux historique de ton apprentissage. Ce journal te permettra de voir d’où tu es parti(e) et jusqu’où tu es arrivé(e), t’offrant une source d’inspiration et de motivation, surtout dans les moments de doute ou de stagnation.

Objectifs à Court Terme

La fixation d’objectifs à court terme, comme apprendre un certain nombre de mots par semaine ou mener une petite conversation, est un excellent moyen de maintenir ton élan. Ces buts te fournissent une direction claire et des étapes mesurables vers ton objectif global.

Mesurer le Progrès par Rapport aux Objectifs

Évaluer régulièrement ton avancement par rapport à ces objectifs te permettra de mesurer concrètement tes progrès. Cela te donnera un sentiment d’accomplissement et de réussite, te poussant à continuer à avancer vers tes objectifs linguistiques.

Ajuster les Objectifs Selon les Besoins

Il est important de rester flexible et d’ajuster tes objectifs si nécessaire. Si un objectif semble trop ambitieux, le redimensionner peut aider à éviter les sentiments de frustration ou d’échec. L’important est de rester motivé(e) et engagé(e) dans ton apprentissage.

Utiliser des références visuelles

Graphiques de progrès

Pour ceux qui sont visuellement orientés, créer des graphiques ou des tableaux pour suivre les progrès peut être extrêmement utile. Voir tes avancements de manière graphique peut te donner un aperçu plus clair de ton parcours et de tes succès.

Photos ou vidéos

Enregistrer des vidéos de toi-même en train de parler anglais à différents stades de ton apprentissage est un autre moyen efficace de visualiser tes progrès. Ces enregistrements te permettront de voir non seulement combien tu as progressé, mais aussi d’identifier les domaines dans lesquels tu peux encore t’améliorer.

En résumé, tenir un journal de tes progrès, te fixer des objectifs réalisables et utiliser des références visuelles sont des stratégies clés pour garder une trace de ton évolution en anglais. Ces pratiques t’aideront à rester concentré(e), motivé(e) et engagé(e) dans ton apprentissage, te permettant de célébrer chaque étape franchie sur le chemin de la maîtrise de la langue.

En conclusion, surmonter l’anxiété et la gêne en parlant anglais est un défi, mais avec de la pratique, de la patience, et les bonnes stratégies, tu peux y arriver. N’oublie pas, chaque petit pas compte. Alors, lance-toi, pratique, et surtout, sois toi-même. Tu vas y arriver !

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libres de le partager:

2 commentaires sur “Comment surmonter ta honte et ton anxiété à l’idée de parler anglais”

  1. Bon plan!!! je regrette le Hi mon petit chicken français

    1. Hi petit Chicken râleur, c’est vrai, j’ai changé le début de mon article. J’espère que vous vous remettez de votre déception. 😂 Have a nice day!

Laisser un commentaire